hudri

hudri

16
March

Dimanche, plusieurs pays africains ont fermé la frontière, annulé des vols et imposé des exigences strictes d'entrée et de quarantaine pour freiner la propagation d'un nouveau type de virus corona, le COVID-19.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé une catastrophe nationale et a averti que l'épidémie avait un impact sur les économies des pays en développement du continent africain, en particulier ceux déjà en récession.

Les mesures qui doivent être prises par les pays africains comprennent l'interdiction de voyager vers et depuis des pays tels que l'Italie, l'Allemagne, la Chine et les États-Unis. L'Afrique du Sud, selon Ramaphosa, qui a enregistré 61 cas, interdira également la réunion de plus de 100 personnes.

Par ailleurs, le président kenyan Uhuru Kenyatta a déclaré que son gouvernement avait suspendu les voyages de tout pays avec ceux qui avaient signalé COVID-19. // Antara, 16.3’20Sg.hudri

16
March

Plus de la moitié de la population française n'a pas voté au premier tour des élections locales car la pandémie de coronavirus a contraint à la fermeture des installations publiques « sans importance » pour une durée indéterminée. Ça, ce qu’a rapporté RFI.fr dans son site internet, Dimanche, le 15 Mars 2020.

D’après le rapport de RFI, le ministère français de l'Intérieur a indiqué que à 17 heures, le bureau de vote a enregistré un taux de participation d'environ 39%, en baisse de 16 points par rapport à l'année dernière. Il y avait environ 48 millions d'électeurs, y compris des résidents en France d'autres pays de l'UE, ont le droit de voter.

En attendant, les élections détermineront les maires et conseillers locaux dans environ 35 000 villes, villages et villages en France. A Paris, la maire en exercice Anne Hidalgo (Parti socialiste, aile gauche) cherche à conserver le siège de maire. Les principaux opposants sont Rachida Dati (Parti Les Républicains, aile droite) et Agnes Buzyn (Parti du président Macron, Republic on the Move, centre droit) (Rfi/voi/hudri)

16
March

Plus de la moitié de la population française n'a pas voté au premier tour des élections locales car la pandémie de coronavirus a contraint à la fermeture des installations publiques « sans importance » pour une durée indéterminée. Ça, ce qu’a rapporté RFI.fr dans son site internet, Dimanche, le 15 Mars 2020.

D’après le rapport de RFI, le ministère français de l'Intérieur a indiqué que à 17 heures, le bureau de vote a enregistré un taux de participation d'environ 39%, en baisse de 16 points par rapport à l'année dernière. Il y avait environ 48 millions d'électeurs, y compris des résidents en France d'autres pays de l'UE, ont le droit de voter.

En attendant, les élections détermineront les maires et conseillers locaux dans environ 35 000 villes, villages et villages en France. A Paris, la maire en exercice Anne Hidalgo (Parti socialiste, aile gauche) cherche à conserver le siège de maire. Les principaux opposants sont Rachida Dati (Parti Les Républicains, aile droite) et Agnes Buzyn (Parti du président Macron, Republic on the Move, centre droit) (Rfi/voi/hudri)

13
March

La France fermera toutes les écoles, baby-sitting et universités à partir de lundi prochain et jusqu'à une heure indéterminée pour tenter d'arrêter la propagation du virus corona, a déclaré le président Emmanuel Macron dans un discours télévisé. Mais le premier tour des élections municipales prévu dimanche se déroulera comme prévu. C'est ce qu’a rapporté Rfi.fr sur son site Internet vendredi 13 mars 2020

Selon le rapport de Rfi, le président Macron a expliqué dans son discours que cette épidémie était la crise de santé publique la plus grave survenue en France depuis un siècle. Macron a exhorté les employeurs à laisser leur personnel travailler à domicile et a exhorté les parents et les personnes en mauvaise santé à rester à la maison.

Le président Macron a ajouté que le nombre de cas confirmés de coronavirus en France était également passé à 2 876 contre 2 281, dont 129 personnes dans des conditions très graves et potentiellement mortelles.

Concernant l'impact économique, Macron a déclaré que le train de mesures lancé par la Banque centrale européenne ne serait pas suffisant. Il a promis de fournir une réponse rapide et intégrée. (RFI / Voi / Dry)